jim shaw

Acquisition de “Montezuma’s Revenge” de Jim Shaw

Montezuma’s Revenge faisait partie de l’accrochage emblématique de l’exposition Jim Shaw, Left Behind, qui s’est tenue au CAPC de mai à septembre 2010. Cette exposition a fait date au musée, accueillant plus de 60 000 visiteurs, un record de fréquentation historique.

Personnalité reconnue du milieu artistique californien, Jim Shaw partage avec Paul McCarthy et Mike Kelley un même désir de produire une oeuvre plastique visant à explorer le côté obscur d’une société américaine conformiste et standardisée.
Jim Shaw puise son inspiration dans une culture vernaculaire en deçà des catégories établies par l’histoire de l’art : tableaux d’amateurs récupérés dans des brocantes, objets de cultes populaires, BD, musique rock, films de série B, etc.

Montezuma’s Revenge est une peinture monumentale dont les dimensions extraordinaires (6 x 11,5 mètres !) en font une oeuvre toute à fait singulière dans le champ de la création artistique contemporaine.
Sur un ancien rideau de décor de théâtre représentant une ville abandonnée du Far-West américain, l’artiste a peint une série de symboles représentant différentes formes d’apocalypse : on y voit les signes de diverses prédictions de fins du monde dont celle prévue par le calendrier Maya en 2012, de maladies mortelles, de gourous de sectes, d’économies prédatrices, de terroristes, etc. Les symboles semblent s’échapper de l’orifice central pour aller coloniser toute la surface de la toile tels des insectes. Leur traitement à la peinture dorée leur confère une forme de préciosité qui rappelle la peinture religieuse.

L’association des Amis du CAPC a lancé une grande souscription publique, en donnant la possibilité à chacun de participer à cet achat exceptionnel. Avec le soutien de l’artiste et de sa galerie, laVille de Bordeaux et les Amis du CAPC ont donc pu acheter cette oeuvre majeure, afin qu’elle intègre les collections du musée.